Espaces verts & végétation

Les espaces végétaux contribuent à l'attractivité de l'écoquartier. Ils assurent une qualité paysagère, en termes d'esthétique et d'usage, tout en répondant à des enjeux écologiques, sociaux et économiques. Voici les lignes directrices du projet paysager des Vergers, ainsi que la traduction de ces intentions dans l'espace public.

 

Une diversité d’ambiances végétales

Situé à la lisière entre la ville et la campagne, l’écoquartier Les Vergers est en accroche directe avec différentes entités vertes et paysagères du territoire meyrinois. Le travail des ambiances paysagères définies vise à créer une identité propre à l’écoquartier et à caractériser les différents sous-ensembles qui le composent, ceci afin d’établir une scénographie évolutive en fonction des saisons.

La palette végétale employée évolue en tendant vers l’ornemental pour les espaces à vocation plus urbaine, tels que la place de la Diversité et les rues des Coopératives et Arpenteurs, et aux atmosphères champêtres pour les lieux tels que les arrières de jardins, l’espace au sud de l’écoquartier. Une importante diversité de milieux paysagers est créée de par les ensoleillements, le travail du sol et le choix de végétaux.


Des interfaces heureuses privés-publics

Le traitement des interfaces entre le domaine privé et l’espace public vise, à travers des seuils vivants, à éviter la constitution d’écrans de verdure opaques entre les jardins et l’espace public et en faveur d’apports mutuels privés-publics. Ainsi, avec une échappée visuelle conférant de la profondeur aux logements et aux jardins, l’espace public peut être perçu comme une extension de l’habitat. Réciproquement, les habitants actifs dans les jardins privés, sur leurs terrasses et leurs balcons, marquent les lieux de leurs activités et contribuent à animer l’espace public, ce qui les rend agréables et vivants.
 

Zones rudérales

Dans le secteur des Vergers et et le long de la promenade de l’Aubier, l’espace directement attenant aux bâtiments, exposé au Nord et souffrant de l’ombre portée des bâtiments est particulièrement ingrat. Le projet a pris le parti de faire de ces conditions difficiles un atout en remblayant la zone avec une terre de sous-couche (de qualité nutritive pour les plantes inférieure à celle de la terre végétale) et en  proposant des plantations de vivaces adaptées à ce milieu dit « rudéral ». Un paillage minéral, créé avec des graviers concassés accompagnés de plus gros blocs conforte cette situation. Ces zones, suscitent de nouveaux biotopes et favorise ainsi la biodiversité.
 

Rencontre entre l’urbain et la nature

Le projet repose sur la volonté de maintenir une cohérence globale des espaces publics tout en laissant une place à la nature en ville qui transcende les limites strictes du périmètre des Vergers. Les espaces champêtres seront ainsi entretenus de manière plus modérée (pas de tonte de la prairie), afin de laisser s’exprimer les mécanismes naturels qui conduiront à la diversité des espèces au cours du temps.


Des espaces verts publics nourriciers

Comme le nom du quartier l’indique, de nombreux vergers à fruits seront plantés. L’espace public se veut cultivé afin de permettre aux habitants du quartier de renouer le lien à la terre. Cette thématique s’exprimera sous différentes formes dans les espaces publics:

  • Jardinage urbain : des potagers ont été créés sur des petites parcelles situées à proximité des habitations
  • Production agricole : sur des parcelles plus importantes, des zones de maraîchages sont dédiées à une production professionnelle.
  • Arboriculture: des plantations éparses fruitières ont été plantées un peu partout dans l’écoquartier (pommes, poires, pêches). L’esthétique prédomine sur la productivité.
  • Haies nourricières: des massifs d’arbustes à petits fruits (framboises, groseilles, mûres,...) sont progressivement disséminés dans l’armature paysagère de l’espace public.


Les différentes variétés d'espèces plantées, par zones, sont répertoriées dans ce carnet végétal (liste non exhaustive).

Par ailleurs, dans tout le quartier, un système de gestion des eaux à ciel ouvert permet de favroriser une végétation spécifique aux milieux plus humides.

 

Traduction dans l'espace des intentions paysagères


Les intentions paysagères du projet se traduisent, dans l’espace public par le choix des sujets, leur agencement et leur densité.
 

  • Le quartier comprend un grand nombre de parcs et de jardins appropriables par les habitants, jalonnés d’espaces urbains tels que l’Esplanade des Récréations ou la place de la Diversité, dévolus à un large public.
     
  • Le parc des Arbères, axe majeur de l’écoquartier et maillon de la ligne des parcs de la Cité, sera quant à lui largement planté, jalonné de petits chemins piétonniers et de larges pelouses pour le plaisir des promeneurs, des familles. Ce parc est marqué par une grande diversité d’ambiances végétales qui se succèdent le long du chemin des Arbères.
     
  • Le parc de la Découverte accueille un espace engazonné où il est possible de se délasser sous un arbre, accueillant une prairie humide (zone dédiée au recueil des eaux pluviales), un espace dédié au jardinage urbain ainsi qu’un ourlet boisé se raccordant aux talus des terrains de sport.
     
  • Le Chemin des Ouchettes (à l'arrière de l'école des Vergers) est un parc arboré de bosquets irréguliers aux essences forestières. Il rappelle les bois situés plus au nord, tout en ménageant des clairières aux pelouses appropriables par les usagers des aires sportives.

 

Revenir en haut