Le concept énergétique

L’approvisionnement énergétique de l’écoquartier des Vergers est basé sur une utilisation judicieuse des ressources environnantes. Un réseau de chaleur renouvelable assure les besoins de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire pour l’ensemble des bâtiments du quartier. Tous les immeubles sont auto-producteurs d’énergie et répondent aux standards Minergie-A®, une première en Suisse à cette échelle.

 

Un réseau de chauffage à distance innovant


Le réseau de chaleur des Vergers a été imaginé selon un concept novateur d’écologie industrielle. Ce système énergétique fonctionne de la manière suivante : l’eau de la nappe d’accompagnement du Rhône est captée à 25 mètre de profondeur, dans des puits de pompage situés dans la région du Bois-de-Bay, à Peney, à une température de 12 degrés.

Cette eau, non potable, est acheminée vers les Vergers par un réseau de conduites traversant le quartier industriel de la ZIMEYSA. Cette infrastructure permet de refroidir et assurer les besoins en climatisation de plusieurs entreprises - comme par exemple, ceux de l’hôpital de la Tour, qui est l’entreprise raccordée à ce réseau présentant les besoins les plus importants en la matière. L’eau refroidit efficacement ces différents bâtiments et installations, tout en se réchauffant.

Elle atteint une température de 16 à 17 degrés lorsqu’elle arrive dans la chaufferie centralisée des Vergers. Là, une pompe à chaleur permet d’assurer le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire pour l’ensemble du quartier. Cette pompe augmente la chaleur de l’eau jusqu’à ce qu’elle atteigne 35 à 50 degrés (en fonction la température extérieure et des besoins). Deux fois par jour, elle chauffe à 65 degrés durant 2h, pour assurer les besoins en eau chaude sanitaire.

Cette pompe à chaleur centralisée des Vergers est, à ce jour, la plus grande installation du genre en service dans le canton de Genève. Ce système ingénieux, qui utilise 80% d’énergie durable, permet de réchauffer les 1300 logements de l’écoquartier des Vergers ainsi que les bâtiments publics. L’électricité nécessaire à son bon fonctionnement provient du quartier: elle est produite grâce aux panneaux solaires des 30 immeubles et des 4 bâtiments publics des Vergers.

L’eau tourne en circuit fermé dans ce système. Une fois qu’elle a réchauffé le quartier, elle est restituée à son milieu naturel dans le lac des Vernes (à une température de 9 degrés). Via le Nant d’Avril, l'eau retourne ensuite au Rhône où elle a été prélevée. Restituer l'eau à son lieu de prélèvement est une exigence légale.

 

 

Des immeubles auto-producteurs d’énergie, grâce aux panneaux solaires


L’écoquartier des Vergers est le premier quartier de Suisse appliquant à une échelle si importante les principes définis par le label Minergie A®. En effet, tous ses immeubles répondent à des standards de hautes à très hautes performances énergétiques en matière d’isolation thermique. Tous sont aussi auto-producteurs d’énergie. L’électricité nécessaire au fonctionnement du bâtiment est produite par de larges surfaces d’installations solaires photovoltaïques déployées en toiture, voir en façade (pour ce qui concerne la tour C2).
 

Planification énergétique territoriale

Ces orientations ont été définies dans le cadre d’un concept énergétique territorial (CET), instrument de planification rendu obligatoire par la loi cantonale sur l’énergie révisée en 2010 pour tout projet d’importance.

Le projet des Vergers a été l’un des premiers à la mettre en application. Un partenariat fort entre les Services Industriels de Genève (SIG), l’Office cantonal de l’énergie, la ville de Meyrin et l’ensemble des propriétaires et superficiaires acteurs de l’écoquartier a permis de passer du stade de la planification à celui de la réalisation, puis à la mise en service de l’ensemble de ce système énergétique. Un suivi et une optimisation des performances sont prévus pendant 5 ans, en collaboration avec le groupe énergie de l’Université de Genève.

Ce projet s’inscrit pleinement dans la réalisation de l’écoquartier des Vergers et dans la transition énergétique vers une société à 2000W – sans nucléaire – dans laquelle le canton de Genève et la ville de Meyrin sont engagés.

 

Revenir en haut