Les espaces publics

L'écoquartier des Vergers présente une grande diversité architecturale. Dans ce contexte, les espaces publics sont très importants: ce sont eux qui donnent du liant et une unité au quartier. Ils participent de la construction de son identité.


Les espaces publics permettent d’intégrer le quartier dans le tissu urbain meyrinois, tout en harmonisant la diversité des bâtiments et des populations. Ils participent de la construction d'un contexte verdoyant de biodiversité urbaine, ouvert à l’appropriation par les habitants. Ces espaces peuvent, s'ils sont bien conçus, devenir des espaces porteurs d’échanges et de rencontres.
 

Un concours pour l'aménagement des espaces publics


La Commune accorde une attention particulière à la qualité de ses espaces publics. Elle est parvenue à obtenir leur mutualisation, soit un espace d'un seul tenant mêlant domaines fonciers privés et publics, sans avoir recours à des clôtures pour les distinguer. Les espaces publics sont dès lors considérés comme une entité unique, se déployant "de façade à façade" et ce indépendamment des domaines fonciers qui les composent.

En 2012, d'entente avec les propriétaires, la Commune a lancé un concours pour imaginer l'aménagement des espaces publics. Ce concours a permis d'initier un dialogue entre les concepteurs, la Commune, les propriétaires et les habitants des Vergers. Ceci afin d'imaginer ensemble des aménagements cohérents, qualitatifs et répondant aux attentes de tous. Le groupement comprenant l'agence TERRITOIRES et AB ingénieurs ont alors remporté le concours.

Quelques années plus tard, en 2015, après le dépôt du projet en procédure d’autorisation de construire, la Commune a fait appel à l'expertise de nouveaux mandataires, afin de poursuivre la conception et la réalisation de l'aménagement des espaces publics du quartier : les ingénieurs et pilotes du groupement, SD ingénierie Genève SA, les architectes-paysagistes Brodbeck & Roulet, le bureau de paysagiste Studio Mint et le bureau d'écologues pluridisciplinaire Ecotec. Ensemble, ils forment l'Atelier Des Vergers (ADV), en charge de la conception et du suivi de la réalisation du projet.


Les particularités des Vergers
 

En matière d'aménagement des espaces publics, plusieurs mesures techniques ont été prises aux Vergers afin de répondre aux défis posés par ce projet d'écoquartier. Voici les plus notoires:
 

  • Nivellement et gestion des terres

    Suite à la viabilisation des terrains, le sol a été modelé de manière à former trois grandes terrasses successives dans la pente du quartier. Ce nivellement a été imaginé selon une approche systémique. Le modelage du terrain en terrasses permet tout d'abord de répondre aux besoins d’appropriation par les habitants : les espaces aplanis se prettant à de multiples usages.

    Ce nivellement a aussi pour vocation de ralentir le ruissellement des eaux pluviales et donc, de diminuer les besoins d’ouvrages de rétention des eaux. Les urbanistes et architectes ont fait en sorte de maintenir les eaux en surface, régulant la perméabilité des sols via un réseau de noues et de fossés qui réintroduisent l’eau en milieu urbain, favorisent la présence de la végétation et agrémentent le paysage. Ce réseau à ciel ouvert permet également d’attirer l’œil et l’attention sur ce système particulier de gestion de l’eau, tout en marquant de manière subtile la frontière entre espaces privés et publics.

    Enfin, le nivellement des terres (déblais et remblais) a été pensé dans le souci de limiter la quantité de terres évacuées lors des travaux. La création de grands parkings souterrains et celle de fondations profondes en vue de la construction des immeubles implique d’excaver de grandes quantités de terres qui devront ensuite être évacuées via le réseau routier lors de nombreux allés et retours en camions. Aux Vergers, cette contrainte a été transformée en ressource pour le projet. Architectes et urbanistes ont fait le choix de modifier la topographie des lieux en réalisant un nivellement en plateaux et en rehaussant les terrains de football de 5 mètres. Ceci leur a permis de conserver les terres de déblais au plus proche de leurs excavations. Ce dispositif résulte à une économie équivalent près de 10'000 à 15'000 trajets en camions pour l’évacuation de ces remblais !

  • Gestion de l'eau

    Aux Vergers, conformément à la législation fédérale et cantonale (loi sur les eaux, L 2 05), les eaux claires de pluie doivent être séparées des eaux usées, afin de décharger les stations d’épuration. Afin de respecter ces contraintes légales tout en tirant parti des particularités topographiques du terrain - les bâtiments des Vergers ont été construits sur un terrain qui présente une pente moyenne de 10% - les concepteurs ont imaginé un système innovant à ciel ouvert pour la gestion des eaux, composé de noues et de zones humides. Plus d'infos...
     

  • Espaces verts & végétation

    Les espaces végétalisés contribuent à l'attractivité de l'écoquartier. Ils assurent une qualité paysagère, en termes d'esthétique et d'usage, tout en répondant à des enjeux écologiques, climatiques, sociaux et économiques. Les lignes directrices du projet paysager des Vergers sont les suivantes: diversité des ambiances végétales, harmonie des seuils vivants, rencontre entre urbain et nature, espaces verts nourriciers. Plus d'infos...
     

  • Cheminements & revêtements

    Le quartier des Vergers est avant tout un quartier piéton, raison pour laquelle de nombreux chemins desservent le quartier de manière à favoriser les déplacements à pied. Mais les chemins doivent tout de même permettre le passage de certaines véhicules (tels que pompiers, ambulances, sécurité, etc.). Le choix du revêtement pour ces routes fait l'objet de nombreuses contraintes, puisque elles doivent pouvoir résister au passage de poids lourds. Urbanistes et architectes ont souhaité minimiser la présence du minéral et maximiser les surfaces végétalisées. Ils ont privilégié l’usage de matériaux du type «stabilisé fertile», un matériaux composé d'un mélange de minéraux et de végétaux permettant de maximiser la perméabilité des revêtements. En plus de favoriser la composante "végétale", les stabilisés sont aussi avantageux en termes de coûts.
     

  • Des "seuils vivants"

    Les seuils (frontage aux Etats-Unis, threshold en Angleterre) sont des espaces de transition entre la sphère privée (logements) et la sphère publique. Autrement dit, il s'agit des espaces intermédiaires entre la rue et les habitations. Aux Vergers, les architectes ont souhaité optimiser la qualité de ces espaces via l’aménagement de bancs, de végétations, de stationnements pour les vélos, etc. Ces espaces n'étant pas privatifs, ils offrent la possibilité aux habitants, petit à petit, de se les approprier de façon vivante.
     

  • Petits salons

    Déclinaison urbaine des "seuils vivants", le terme "petit salon" désigne l'espaces en bordure des rez-de-chaussées commerciaux (rue des Arpenteurs, des Coopératives et de l'Esplanade) des Vergers. Ces espaces intermédiaires, conçus à l'échelle des piétons, ont été aménagés (éclairages bas, tables, bancs) pour être des lieux conviviaux, appropriables par le public. Les revêtements choisis sont comparativement plus durs et imperméables que ceux des "seuils vivants" bordant les habitations.
     

  • L'éclairage

    Le concept d’éclairage, reposant sur des sources exclusivement LED pour équiper tous les points lumineux, permet des économies importantes en termes de consommation. Une gradation des types d’éclairage est ainsi proposée, afin de créer des ambiances spécifiques. Ce type de points lumineux varie de l’éclairage à caractère routier sur les rues des Arpenteurs et des Coopératives, à des bornes avec détecteurs de présence sur les petites allées, en passant par des mâts aiguilles équipés de projecteurs, sur les places. Plus d'infos...

Revenir en haut